space

Les Petits Papiers d'Alake

Bienvenue dans mon bric-à-brac !

Previous Entry Share Next Entry
Arbre à drabbles de mai ˆˆ
space
alakenos
GDI, j'ai l'impression de ne plus poster ici que pour les arbres, c'est consternant


Un arbre à drabble de printemps, donc ! Avec en premier lieu, le petit rappel des règles qui va bien...

* un drabble est une courte ficlet de 100 mots (± 15, on va dire)

* pour ajouter un drabble, il suffit de répondre au commentaire en reprenant la dernière phrase, le(s) dernier(s) mot(s), voire même la dernière sonorité (si vous êtes joueur). Il est possible de changer le temps/le sujet/le fandom/le sens/un peu tout en fait.
Exemples (tiré du précédent arbre, c'est mieux) : "C’était sa nature." -> "Naturellement..." ou "Sa nature d'homoncule..." ou encore "N’as-tu recommencé..." ; "Nous saurons bientôt s’il est digne." -> "Tu es digne de ta réputation, Chevalier."

* pour que tout le monde s'y retrouve, l'idéal est de donner un titre au commentaire sous la forme "Fandom - Personnage(s) - Rating - SPOILERS (si besoin)"


Cet arbre restera ouvert jusqu'au 31 mai, faites-vous plaisir ! L'arbre est terminé, merci pour votre participation, les gens !


Et pour finir, le drabble-racine, aimablement fourni par ninimousse :


Saint Seiya (Collision!verse) - Shura, Saga - G

« C’est cassé ? demanda le Capricorne.
—A toi de me le dire. »
Le Gémeau ne devinait aucune fêlure sous la pression de ses doigts mais nul doute que sa mâchoire serait embellie d’une splendide ecchymose le lendemain —il entendait d’ici les sarcasmes de Shion à la réunion du matin.
« Ce n’est pas cassé alors. »
Le Grec se mordit la langue pour contenir son exaspération. Shura avait lavé l’honneur de son maître assassiné, tant mieux pour lui —au Colisée, devant témoins et avec explosions de cosmos pour faire bonne mesure : Shion allait adorer. Maintenant, il voulait connaître toute l’histoire. Saga ne lui épargna aucun détail.

  • 1

Le loup de Mibu (ori) - Kondô Isami - G

Aucun détail ne lui échappait habituellement, pourtant Kondô Isami devait se rendre à l’évidence: il n’avait pas vu la dégradation de la santé de son premier Capitaine.
“ Le taux de guérison est très faible, je le crains, expliqua le docteur de la Cour. Mais parfois, avec beaucoup de repos, il est possible de retarder l’inévitable.
— C’est un guerrier.”
Ce simple énoncé valait un long discours. Jamais un guerrier n’accepterait de se reposer pour éviter la mort. Et de tous ses guerriers, Okita était de loin le plus têtu.
“C’est pourtant la seule manière.”

Saint Seiya - Seiya, Marine - G

« C'est pourtant la seule manière.
— La seule ? Alors pourquoi Cassios, il y arrive, lui ? »

Et Seiya de croiser les bras, défiant du regard le visage d'acier de son mentor.

« Il ne suffit pas d'être fort physiquement pour y parvenir, reprit patiemment Marine. Son corps, aussi puissant soit-il, constitue pour lui une limite qu'il ne pourra jamais à dépasser.
— Peut-être. Mais en attendant – du bout du pied, le garçon écarta le caillou qu'il venait de lâcher – il a réussi et pas moi. »

Marine soupire. Plus loin gît le modeste rocher que Cassios a fendu de ses poings. Pourtant elle le sait : un jour, Seiya ouvrira des montagnes.

Game of Thrones - Olenna Tyrell et Littlefinger - PG

« C’est pourtant la seule manière.
— Vous en êtes sûr ? »
Les yeux de Lady Olenna Tyrell se plissèrent tandis qu’elle considérait Peter Baelish. Ce fourbe lui parlait de tuer un roi comme si c’était un moindre mal, un moindre risque. Il lui jeta un regard presque suppliant auquel elle ne crut pas une seconde :
« Pensez à votre petite-fille, Lady Olenna. Vous savez de quoi le roi Joffrey est capable, n’est-ce pas ? »
Bien sûr qu’elle y pensait. Elle ne pensait même qu’à ça. Cependant, quelles étaient les motivations de Littlefinger ?
Parce qu’avec lui, rien n’était jamais gratuit.

Hetalia - Alliés vs Axe - T

"C'est pourtant la seule manière..., râla Alfred. Chine, attaque !"
Et c'était reparti pour un tour, se désola Francis.
Yao sortit des buissons pour attaquer les membres de l'Axe avec son wok, pendant qu'ils le regardaient faire. C'était la troisième fois qu'Alfred utilisait la même tactique foireuse.
Francis s'ennuyait terriblement. De plus, on le considérait soit comme faiblard, soit comme traître potentiel chez les Alliés.
" Tout ça, c'est de ta faute !"
Evidemment, Arthur prit la mouche devant cette accusation honteuse.Francis se félicita de réussir à placer entre deux coups de poings :
"Alfred ne sait pas s'adapter ! Tu l'as mal éduqué !"

Sherlock - Sherlock, John - Post S4 - PG

Aucun détail n'échappe à Sherlock et depuis le temps il a appris à interpréter la plus petite variation du langage corporel de John : la façon qu'il a de localiser discrètement les entrées et les sorties quand il pénètre dans une pièce, sa manière de se positionner à portée d'un objet pouvant être utilisé comme arme... Même son calme trompeur, la manière dont il se fige parfois, se force à respirer, à relâcher ses poings. Il a beau voir sa psy toutes des semaines, son stress post-traumatique est clairement en train d'empirer. La faute évidente repose sur Eurus bien sûr, mais Sherlock se sait tout aussi responsable.

Saint Seiya [UDC!verse] - Shura/Angelo - PG (séquelle)

Shura se savait tout aussi responsable de la situation. C'était lui qui avait eu cette idée. C'était lui qui en avait convaincu Angelo. Et à présent, c'était lui qui s'efforçait de retarder l'inévitable car, non, ils n'allaient bientôt plus avoir le choix : Angelo ne pouvait pas rester ''ici'' plus longtemps sous peine d'y laisser la vie. Or, n'était-ce pas pour la lui sauver qu'il l'avait emmené dans ce monde qui n'était pas et ne serait jamais le leur ?

Angelo avait fini par s'endormir, à l'abri du cosmos de son compagnon. Il semblait toutefois à Shura que son rire épuisé résonnait encore dans le silence :

« A la fin, c'est toujours le destin qui gagne. »

Silmarillion : Maudits Silmarils, II – Ecthelion, OCs – PG

Les détails de la mort de ses parents ne furent pas révélés à Ecthelion : on lui dit seulement que Korma et Fanalossë étaient tombés au combat, face au dragon Glaurung. Leur sort, ainsi que celui des autres combattants qui avaient péri en tentant d'empêcher l'invasion, émut toute la cité.

Mais après la peine que nombre d'elfes ressentirent, on dut vite aborder les questions de succession et de gestion qui ne pouvaient être retardées plus longtemps. Il fut alors décidé que le commandement de la Maison de la Fontaine serait pris par leur unique enfant. A la sœur de son père, pourtant déjà premier capitaine, on ne donna aucune charge nouvelle, puisque c'était une femme.


Edited at 2017-05-11 09:41 pm (UTC)

Silmarillion : Maudits Silmarils, II – Glorfindel, OC – PG

« Une femme, ce n'est pas pareil », argua Glorfindel. « Tout d'abord, elle n'a pas cette mauvaise odeur qu'ont tous les hommes. »
« Mais vous êtes un homme », répondit Hildor, « comment pouvez-vous ne pas tolérer votre propre odeur ? »
« C'est bien pour cela que je me parfume à la rose. »
« Et donc... vos rubans, vos dentelles, vos clochettes ? »
« Je trouve ça joli. Mais je trouve ça encore plus joli sur une femme. »
« A vrai dire, j'ai toujours du mal à croire que les hommes ne vous intéressent pas du tout. »
« C'est pourtant le cas. »


Edited at 2017-05-12 12:16 pm (UTC)

Hetalia (2P!World) - Allemagne/Italie du Nord, Angleterre/France - T

Luciano ne lui épargna aucun détail.
Oliver en ressentait des frissons d'excitation.
En même temps, quelle nation ne se réjouirait pas du malheur de l'un de ses pires ex-ennemis ? France est une exception, mais passons sur son affection obscure pour la grenouille. Dans son couple, en plus !
Luciano foutait la misère à son petit ami auto-déclaré. Son caractère de jaloux complètement taré l'amenait à surveiller constamment Karl et à le menacer par SMS au moindre flirt. Et ne parlons même pas de ses techniques de drague douteuse pour coucher avec Karl.
Quelle joie d'être son confident !

Gotham - Oswald(->Ed/Isabella) - PG

Être son confident au sujet de sa ridicule romance avec Isabella n'était guère plaisant. Parfois, Oswald avait juste envie de le gifler.
Mais il se retenait : ce n'était pas de la faute d'Edward s'il ne voyait pas les sentiments qu'il nourrissait à son égard – c'était sa faute, il avait été trop lâche pour les lui avouer - c'était la faute à ce...sosie de Ms Kringle !
Elle lui avait empoisonné l'esprit, comme seules savaient le faire les femmes – il les connaissait, elles étaient toutes comme ça, hormis sa sainte de mère.
Mais il allait bientôt s'occuper d'elle...

Silmarillion : Maudits Silmarils, II – Orodreth/Meril/Fingon – PG (1/2)

Être le confident de Meril n'était pas une partie de plaisir. A chacune de leur rencontre, elle ne pouvait pas s'empêcher de parler de Fingon : sa beauté, sa force, sa vaillance, sa galanterie… Mais cela ne lui suffisait pas d'égrener ses qualités, il fallait aussi qu'elle l'informe des progrès de leur relation.
« Il m'a à nouveau invitée dans ses appartements, la semaine prochaine », murmura-t-elle.
« Oh… Et qu'allez vous y faire ? »
« Nous allons broder ! »
« Non… Je veux dire réellement. »
Autant être fixé tout de suite...
« Non, nous allons vraiment broder. »

Silmarillion : Maudits Silmarils, II – Orodreth/Meril/Fingon – PG (2/2)

« Broder seulement ? Vous n'avez pas peur… Qu'il en profite ? »
Meril rougit.
« Oh… Cela, ça ne me dérangerait pas. »
Orodreth leva les yeux au ciel de désespoir. Il était plus que temps qu'il rentre à Nargothrond.

La semaine suivante, seuls dans la suite princière, Fingon et Meril brodaient.
« Quand je pense qu'on a laissé Caranthir apprendre la couture, mais que Père me l'a toujours interdit... »
« Pourquoi vous l'a-t-il interdit ? C'est une si plaisante occupation ! »
« Je ne sais pas… Il disait que ce n'était pas pour les garçons ; il disait la même chose concernant mes poupées, d'ailleurs... »
« Vos poupées ? »

Silmarillion : Maudit UA – Glorfindel, OC – G

Aucun détail n'avait été laissé au hasard pour son premier rendez-vous chez lui avec Nina Lodh, sa charmante voisine.
Laurent Findel avait particulièrement pris soin de ses cheveux, pour qu'ils aient des ondulations douces et naturelles, et de beaux reflets dorés. Il avait demandé à la femme de ménage de mettre les bouchées doubles, pour que tout soit impeccable. Après son départ, il avait lui-même retapé les coussins, et fait brûler des bougies parfumées à la vanille – sa senteur favorite. Puis il avait disposé un bouquet de roses fraîches sur la table du salon. Enfin, il avait négligemment entassé deux ou trois dizaines d'ouvrages philosophiques, sur une étagère, achetés d'occasion.

Gotham - Oswald(->Ed) - G

D'occasions manquées en rendez-vous annulé, les sentiments d'Oswald étaient mis à rude épreuve, et cependant, il n'avait jamais douté de leur véracité. Il aimait Ed, plus que quiconque, plus que tout au monde, et il ne lui était jamais venu à l'esprit que ça pouvait être pour de mauvaises raisons. Que s'il avait raté sa chance, c'était peut-être justement parce que son soit-disant amour n'était pas aussi fort qu'il se l'imaginait.
Il préférait peut-être reporter la faute sur les autres, sur les circonstances, la malchance. Malheureusement il apprendrait bien assez tôt que l'on ne se moque pas impunément du destin.

Terre de Héros - Egar, Ringil - PG13 (préquelle)

« Taille-moi un passage dans ce merdier, Egar, avant que je perdre vraiment patience. »

De la flegme coutumière de Ringil plus aucune trace. L'Amie des Corbeaux pend au bout de son bras épuisé et son pas se fait lourd. Egar hausse les épaules : si les majaks ont été enrôlés à tour de bras dans l'armée, ce n'est pas pour leur intelligence mais pour leur résistance physique. Or, à côté de lui son officier et ami est au bout du rouleau pendant qu'en face, un patrouille de lézards leur fonce dessus.

Le cri du berserker explose sur la lande jonchée de cadavres. Un passage ? Et pourquoi pas un boulevard ?

  • 1
?

Log in

No account? Create an account